mai
20
2022

Trophées de la location de matériels (TLM) : Le grand huit !

Auteur: DLR

20220425163408_TLM_140X105En partenariat avec DLR et avec le soutien de Seimat, Evolis, la FNTP et la Confrérie des Mécaniciens, BTP Magazine organise les Trophées de la Location de Matériels (TLM) dont le but est de mettre en avant tous les loueurs de filière. Huit trophées sont en jeu dont les vainqueurs seront dévoilés lors d’une cérémonie qui se déroulera le 15 septembre prochain en région parisienne. Présentation.

Le but ?
Décerner un trophée à un groupe/réseau de location de matériel (national, régional, local, indépendant) en prenant pour base les résultats commerciaux et financiers de l’année écoulée, mais aussi son positionnement sur le marché français, sa politique RSE, son ancrage local, la qualité du service, son équilibre économique avec la distribution et sa capacité à instaurer une transition énergétique. Par ailleurs, d’autres trophées seront remis sur les bases de l’histoire d’un groupe, d’une famille, d’un process unique, d’une stratégie d’entreprise etc…

Quand ?
La remise des prix est prévue pour le 15 septembre 2022 en région parisienne.

Retrouvez toutes les infos, les 8 trophées et le lien pour vous inscrire sur :
https://www.btpmagazine.fr/trophees-location-materiels/

Posté dans: Evénement | 0 Commentaire

mai
20
2022

Construction de logements neufs : Forte hausse des autorisations au premier trimestre 2022

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015Les dernières statistiques publiées par le ministère de la Transition écologique montrent un vigoureux dynamisme des autorisations – notamment tiré par les logements individuels – et, dans une moindre mesure, des mises en chantier.

Au premier trimestre 2022, les logements autorisés ont connu une hausse de +23,5 % par rapport au trimestre précédent, où ils avaient diminué de 4,2 %. 141 900 logements ont été ainsi autorisés en trois mois, soit le nombre le plus élevé depuis près de 15 ans.

Cette forte augmentation des autorisations (surtout pour les logements individuels), provient du nombre exceptionnel de demandes de permis déposées en décembre 2021, probablement en lien avec l’entrée en vigueur de la réglementation environnementale 2020 au 1ᵉʳ janvier 2022.

Un phénomène similaire s’était produit en 2013 au moment de l’application de la réglementation thermique 2012. Le nombre de logements autorisés au cours des trois derniers mois est nettement supérieur (+23,3 %) à la moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020).

Au cours des trois derniers mois, on estime que les logements commencés ont légèrement progressé (+0,8 %), après avoir augmenté de 4,3 % lors du dernier trimestre 2021. Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été supérieures (+5,1 %) à leur moyenne des 12 mois précédant le premier confinement.

Ruée sur les permis de construire avant le durcissement des normes : D’avril 2021 à mars 2022, 496 900 logements ont été autorisés à la construction, soit 102 600 de plus qu’au cours des 12 mois précédents (+26,0 %). Dans le même temps, on estime que 394 400 logements ont été mis en chantier, soit 34 900 de plus (+9,7 %) que lors des 12 mois précédents (avril 2020 à mars 2021). Toutefois, la période antérieure était particulièrement basse, car elle incluait en partie le premier confinement où les autorisations avaient fortement reculé et de nombreux chantiers n’avaient pas pu démarrer. L’activité a beau être là, les perspectives ne sont guère encourageantes pour les professionnels du bâtiment face aux difficultés d’approvisionnement, voire les pénuries de matériaux, couplées à la flambée des prix, notamment des énergies.

Construction de locaux non résidentiels à fin mars 2022 : Au premier trimestre 2022, les enregistrements d’autorisation à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 8,9 millions de m² et sont en augmentation (+9,1 %) par rapport au premier trimestre 2021.

Toujours au premier trimestre 2022, 6,9 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrées, en nette progression (+20,4 %) par rapport à la même période un an plus tôt. Toutefois, l’augmentation serait moins marquée (+12,6 %) si on ne prenait pas en compte les déclarations reçues avec retard.

Au cours des 12 derniers mois, les autorisations de locaux non résidentiels enregistrées se montent à 38,8 millions de m² et sont en nette progression (+14,8 %) par rapport aux 12 mois précédents (avril 2020 à mars 2021). Cette évolution serait encore accentuée (+21,7 %) sans les permis reçus tardivement.
Durant cette même période, avec 26,2 millions de m², les enregistrements de mises en chantier progressent (+12,3 %) par rapport aux 12 mois précédents
partager
Etat des lieux de la filière Construction en Occitanie (1er trimestre 2022)
CERC occitane logo
En Occitanie, la progression de l’activité, tous secteurs industriels confondus, a surtout bénéficié au secteur du BTP au cours du trimestre sous revue. Ceci, malgré un contexte marqué par des difficultés persistantes de recrutement et d’approvisionnement en matériaux et matériels. Les carnets offrent une bonne visibilité pour les 6 prochains mois.

Ce 2ème trimestre 2022 s’annonce globalement dynamique dans l’ensemble du secteur. Une nouvelle hausse des prix des devis est anticipée, particulièrement dans le bâtiment.

Au cours du 1er trimestre 2022, l’activité globale a progressé plus fortement qu’au 4ème trimestre 2021. La croissance de l’activité des entreprises du second œuvre a été plus nette que celle des sociétés de gros œuvre avec de bonnes perspectives pour les 6 prochains mois.

Malgré les difficultés persistantes de recrutement, les entreprises poursuivent, à un rythme moindre que le trimestre précédent, le renforcement de leurs effectifs, surtout dans le second œuvre, et recourent très largement à l’intérim et la sous-traitance. Les entreprises parviennent à répercuter l’augmentation générale et significative des prix des matériaux dans les prix de leurs devis, qui augmentent nettement, surtout dans le gros œuvre. Dans ce dernier secteur, les chefs d’entreprise anticipent une activité en hausse au cours du second trimestre 2022, les prix des devis poursuivront une courbe ascendante et les besoins de main-d’œuvre augmenteront en fonction.

Les Chiffres clés du Bâtiment à fin Février 2022 (source CERC Occitanie)

- Logements autorisés : 51 800 logts (+20,5%)
- Logements mis en chantier : 41 500 logts (+8,5%)
- Surfaces de locaux autorisés : 3 205 mill. m² (+10,2%)
- Surfaces de locaux mis en chantier : 2 199 mill. m² (+18,7%)
- Volume d’entretien rénovation au 4ème trimestre 2021: (+0,8%)

L’activité des travaux publics a évolué à la hausse au cours du 1er trimestre 2022. Les carnets de commandes sont confortés. Le secteur a recruté sur le trimestre mais les prix des devis ont notablement augmentés, d’où la difficulté des chefs d’entreprise de faire accepter à leurs nouveaux clients ces augmentations de prix sur les chantiers signés mais pas encore lancés.

Concernant le trimestre à venir, les sociétés des TP anticipent une hausse de leurs activités, ce qui devrait les conduire à poursuivre leurs recrutements, alors que la tendance haussière des prix des devis devrait s’infléchir.

Les Chiffres des Travaux Publics (source CERC Occitanie)

- Activité récente au 4ème trim. 2021 : + 21 (solde d’opinion, évol. 1 trim)
- Prévisions d’activité pour le 1er trim. 2022 : -16 (solde d’opinion, évol. 1 trim)
- Carnets de commandes au 4ème trim. 2021 : 5,1 mois (moy. 4 derniers trim. en nb mois, évol. 4 trim. préc.)

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

mar
28
2022

Construction de logements à fin janvier 2022

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015De novembre 2021 à janvier 2022, les logements autorisés sont quasiment stables (0,2 %) par rapport aux trois mois précédents, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables.
Le nombre de logements autorisés durant cette période reste légèrement supérieur (+0,9 %) à sa moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020). Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont estimés en baisse (-5,0 %) par rapport aux trois mois précédents. Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été légèrement inférieures (-0,6 %) à leur moyenne des douze mois précédant le premier confinement.
De février 2021 à janvier 2022, 471 000 logements ont été autorisés à la construction, soit 79 500 de plus qu’au cours des douze mois précédents (+20,3 %).

Dans le même temps, on estime que 389 400 logements ont été mis en chantier, soit 43 600 de plus (+12,6 %) que pendant les douze mois précédents. Toutefois, il faut tenir compte qu’en 2020, les autorisations avaient fortement reculé et de nombreux chantiers n’avaient pas pu démarrer du fait du premier confinement. Si on prend comme point de comparaison les douze mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020), les nombres de logements autorisés et commencés au cours des douze derniers mois ne sont que légèrement supérieurs (respectivement +2,7 % et +1,6 %).
Augmentation de la construction de locaux non résidentiels entre novembre 2021 et janvier 2022 : De novembre 2021 à janvier 2022, les enregistrements d’autorisation à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 9,2 millions de m² et sont en augmentation de 8,1 % par rapport aux mêmes trois mois un an plus tôt. Toujours sur cette même période, 6,9 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrées, en nette progression (+15,7 %) par rapport à la même période un an plus tôt. L’augmentation serait encore plus marquée (+29,6 %) si on ne prenait pas en compte les déclarations reçues avec retard.

Au cours des douze derniers mois (février 2021 à janvier 2022), les autorisations de locaux non résidentiels enregistrées se montent à 38,2 millions de m² et sont en hausse (+14,0 %) par rapport aux douze mois précédents (février 2020 à janvier 2021). Durant cette même période, avec 25,9 millions de m², les enregistrements de mise en chantier sont en augmentation (+12,3 %) par rapport aux douze mois précédents.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

fév
11
2022

Construction de logements à fin Novembre 2021

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015De septembre à novembre 2021, les logements autorisés sont en baisse (-1,0%) par rapport aux trois mois précédents. Le nombre de logements autorisés durant cette période est supérieur (+2,4%) à sa moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020).

Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont estimés en hausse (+0,6%) par rapport aux trois mois précédents. Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été supérieures (+4,3%) à leur moyenne des douze mois précédant le premier confinement.

Au cours des douze derniers mois, de décembre 2020 à novembre 2021, 470 000 logements ont été autorisés à la construction, soit 70 200 de plus qu’au cours des douze mois précédents (+17,5%). Dans le même temps, on estime que 391 800 logements ont été mis en chantier, soit 38 100 de plus (+10,8%) que pendant les douze mois précédents. Toutefois, ces progressions s’expliquent en partie par le fait que la période antérieure de comparaison (décembre 2019 à novembre 2020) inclut le premier confinement, où les autorisations ont fortement reculé et de nombreux chantiers n’ont pas pu démarrer du fait des contraintes sanitaires. Si on prend comme point de comparaison les douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020), le nombre de logements autorisés au cours des douze derniers mois reste supérieur mais dans une moindre mesure (+2,4%), de même pour l’estimation du nombre de logements commencés (+1,0%).

Locaux non résidentiels : De septembre à novembre 2021, les enregistrements d’autorisations à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 10,9 millions de m² et sont en augmentation (+6,6%) par rapport aux mêmes trois mois de l’année 2020. Cette progression serait plus marquée (+13,6%) sans l’effet des permis reçus tardivement par rapport à leur date d’autorisation réelle. Toujours sur cette même période de 2021, 7,0 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrées, en légère baisse
(- 1,0%) par rapport à la même période de l’année 2020. Toutefois, les surfaces mises en chantier seraient en nette augmentation (+14,8%) si on ne prenait pas en compte les déclarations reçues avec retard. De décembre 2020 à novembre 2021, les autorisations de locaux non résidentiels enregistrées se sont montées à 37,8 millions de m², en hausse (+8,8%) par rapport aux 12 mois précédents.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

nov
08
2021

Résultats construction de logements et de locaux à fin août

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015De juin à août 2021, les logements autorisés sont stables (+0,4 %) par rapport aux trois mois précédents. Le nombre de logements autorisés durant cette période est supérieur (+1,4 %) à sa moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020).

Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont estimés en repli (-4,4 %) par rapport aux trois mois précédents. Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été supérieures (+2,2 %) à leur moyenne des douze mois précédant le premier confinement.

Au cours des douze derniers mois, de septembre 2020 à août 2021, 453 600 logements ont été autorisés à la construction, soit 54 000 de plus qu’au cours des douze mois précédents (+13,5 %). Dans le même temps, on estime que 386 300 logements ont été mis en chantier, soit 26 600 de plus (+7,4 %) que pendant les douze mois précédents. Toutefois, ces progressions s’expliquent en partie par le fait que la période antérieure de comparaison (septembre 2019 à août 2020) inclut le premier confinement, où les autorisations ont fortement reculé et de nombreux chantiers n’ont pas pu démarrer du fait des contraintes sanitaires. Les nombres de logements autorisés et commencés au cours des douze derniers mois sont encore légèrement inférieurs (respectivement -0,9 et -0,4 %) à leurs niveaux des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020).

Quid de la construction de locaux ?

De juin à août 2021, les enregistrements d’autorisation à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 10,4 millions de m² et sont en nette augmentation (+10,7 %) par rapport aux mêmes trois mois de l’année 2020. À noter que cette progression serait accentuée (+19,2 %) sans l’effet des permis reçus tardivement.

Toujours sur cette même période de 2021, 6,1 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrés, en baisse (-3,0 %) par rapport à la même période de l’année 2020.

De septembre 2020 à août 2021, les autorisations de locaux non résidentiels enregistrées se sont montées à 37,1 millions de m², en hausse (+5,9 %) par rapport aux 12 mois précédents. Cette progression serait atténuée (+2,3 %) sans les permis reçus tardivement. Durant cette même période, avec 24,9 millions de m², les enregistrements de mises en chantier sont en légère baisse (-0,6 %) par rapport aux 12 mois précédents. La diminution serait de 3,3 % sans la prise en compte des déclarations remontées tardivement.

Relance de la construction neuve : A l’occasion du 81e congrès HLM, à Bordeaux (33), le Premier ministre Jean Castex a fait plusieurs annonces pour la construction neuve. Les nouvelles mesures du gouvernement devraient, en partie, être inscrites dans le Projet de la loi finance (PLF) 2022. Ainsi, Jean Castex a annoncé que « l’exonération des taxes foncières sur les propriétés bâties fera l’objet d’une compensation de la part de l’Etat pendant 10 ans pour les logements sociaux agréés à partir de 2021 et jusqu’en 2026. » Cette mesure se cale sur les mandats municipaux et dispose d’une clause de revoyure à mi-parcours. De plus, pour dynamiser les investissements institutionnels et encourager le développement de logements intermédiaires, le gouvernement entend supprimer l’exonération pour ce type de constructions, remplacée par un crédit d’impôt d’un montant équivalent pour les porteurs de projets.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

sept
21
2021

Logements neufs : Résultats à fin juillet 2021

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015Le ministère de la Transition écologique et du Logement a dévoilé les chiffres de la construction de logements et de locaux non résidentiels de mai à juillet 2021. En résulte une hausse des logements autorisés par rapport au trois mois précédents, mais une baisse du nombre de logements commencés durant cette même période.
De mai à juillet 2021, les logements autorisés sont en progression (+2,8 %) par rapport aux trois mois précédents, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. Durant cette période, le nombre de logements autorisés a dépassé (+1,7 %) sa moyenne des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020).
Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont estimés en repli (-5,5 %) par rapport aux trois mois précédents (95 000 habitations ont été bâties dans l’Hexagone). Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été inférieures (-1,1 %) à leur moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire.
Au cours des douze derniers mois, d’août 2020 à juillet 2021, 445 100 logements ont été autorisés à la construction, soit 43 500 de plus qu’au cours des douze mois précédents (+10,8 %).
De façon plus détaillée, les logements en résidence enregistrent la meilleure progression, avec +26,9% sur un an, suivi des logements individuels purs (+11,2%), des logements collectifs ordinaires (+4,9%) et des logements individuels groupés (+2,6%).
Dans le même temps, on estime que 386 300 logements ont été mis en chantier, soit 29 400 de plus (+8,2 %) que pendant les douze mois précédents. Toutefois, ces progressions s’expliquent en partie par le fait que la période antérieure de comparaison (août 2019 à juillet 2020) inclut le premier confinement, où les autorisations ont fortement reculé et de nombreux chantiers n’ont pas pu démarrer du fait des contraintes sanitaires. Les nombres de logements autorisés et commencés au cours des douze derniers mois sont encore inférieurs (respectivement -2,6 et -0,4 %) à leurs niveaux atteints pendant les douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020).
La reprise s’avère très nette pour la construction de maisons individuelles. Sur le premier semestre 2021, les mises en chantier progressent de 4,0%, dans la suite de l’envolée de 18,3% des permis et de 16,3% des ventes. « En tout état de cause, 2021 ressortira meilleur que ce que nous avions prévu sur ce segment », explique Olivier Salleron, Président de la FFB.
Une embellie est également à considérer du côté des locaux. Les enregistrements d’autorisations à la construction de locaux non résidentiels de mai à juillet 2021 sont de 9,8 millions de m² en augmentation (+16,6 %) par rapport aux mêmes 3 mois de l’année 2020.
D’août 2020 à juillet 2021, 36,3 millions de m² de locaux ont été autorisés à la construction, en hausse (+4,3 %) par rapport aux 12 mois précédents. Durant la même période, avec 24,6 millions de m², les enregistrements de mises en chantier sont en baisse (-1,7 %) par rapport aux 12 mois précédents.
Commercialisation des logements neufs : Au cours du deuxième trimestre 2021, 30 200 logements ont été réservés à la vente en France métropolitaine. Les réservations rebondissent fortement par rapport au deuxième trimestre 2020 (+39,9 %), point bas marqué par le premier confinement. Les mises en vente augmentent également vigoureusement (+45,8 %), avec près de 30 800 logements commercialisés au cours du trimestre.
Malgré ces fortes progressions, les niveaux de la demande et de l’offre au deuxième trimestre 2021 demeurent plus bas qu’au deuxième trimestre 2019 (respectivement -13,8  % et -12,0  %), signe que la promotion immobilière n’a pas retrouvé son niveau d’avant-crise. Il en va de même pour les cumuls sur quatre trimestres : les niveaux cumulés des réservations et des mises en vente réalisées entre juillet 2020 et juin 2021 sont légèrement supérieurs aux niveaux observés entre juillet 2019 et juin 2020, période qui englobe le premier confinement. Cependant, ils restent bien en dessous de ceux observés entre juillet 2018 et juin 2019, plusieurs mois avant le début de la crise sanitaire (respectivement -11,6 % et -15,7 %). Le déficit en mise en vente et en réservation enregistré en 2020, n’a donc pas été rattrapé.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

août
06
2021

FFB : Une relance menacée

Auteur: DLR

20210707095639_FFBLa FFB note un redémarrage partiel du bâtiment depuis le début 2021 et une accélération certaine des prises de commandes. C’est notamment le cas en amélioration entretien, qui compte pour plus de 58 % de l’activité bâtiment.

L’enquête réalisée par les Cellules économiques régionales de la construction pour le compte de la FFB révèle ainsi une progression du volume de chiffre d’affaires de 10 % au premier trimestre 2021. L’évolution ressort légèrement en retrait par rapport au premier trimestre 2019, ce qui montre que l’effet de la crise sanitaire pèse encore.

Tel n’est pas le cas de la rénovation énergétique, segment en hausse de 10 % sur un an, mais aussi de plus de 1 % sur deux ans. Par ailleurs, l’évolution favorable de l’amélioration-entretien vaut principalement pour le logement. Il faut y voir le succès indéniable de « MaPrimeRénov », mais peut-être aussi l’effet du volume record des transactions dans l’ancien, avec près de 1,1 million de logements vendus sur douze mois à fin mars 2021, ainsi que des travaux provoqués par les phases de confinement et de télétravail de ces derniers mois.

Il n’en pas de même pour le neuf, même si le logement l’individuel accélère très nettement. Si l’on se réfère aux chiffres de 2019 pour éviter l’effet de base provoqué par le confinement du printemps 2020, les mises en chantier et permis progressent de 5 % et 15 % au premier quadrimestre 2021, alors que les ventes dans le diffus s’affichent à +17 %. La machine est donc relancée, même si l’on ne peut exclure une double anticipation derrière cette montée en régime : celle de la transformation des recommandations du HCSF en règlementation début juillet pour les accords de prêts, et celle de la RE2020 pour les permis signés à compter du 1er janvier 2022.

La tendance s’avère bien moins plaisante pour le collectif. Le redressement des mises en chantier d’environ 4 % par rapport au premier quadrimestre 2019 ne saurait masquer l’effondrement des permis (-10%), en ligne avec celui des ventes et mises en ventes des promoteurs, respectivement à -4 % et -9 % entre les premiers trimestres 2019 et 2021.

Plus en détail, les données officielles montrent que la crise de la production de logements se concentre clairement sur le collectif en zones réputées tendues, soit les zones A et B1, où les permis reculent de 7 % par rapport au premier quadrimestre 2019, soit 6 900 logements autorisés de moins. Tous les autres segments s’affichent en hausse, y compris le collectif en B2 et C qui ressort à
+9 %.

Le choc reste plus violent encore pour le non résidentiel neuf. Les surfaces commencées abandonnent 16 % au regard du premier quadrimestre 2019 et les surfaces autorisées, 22 %. Au global, le neuf pèse donc bien sur la relance et en retarde les effets.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

août
06
2021

La construction de logements en sortie de tunnel ?

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015De mars à mai 2021, les logements autorisés sont en hausse (+2,3 %) par rapport aux trois mois précédents. Durant cette période, le nombre de logements autorisés a été inférieur de 1,7 % à la moyenne des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020).

Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont en progression (+7,7 %) par rapport aux trois mois précédents. On estime que les mises en chantier ont été plus nombreuses en moyenne pendant cette période (+5,4 %) qu’au cours des douze mois précédant la crise sanitaire.

Au cours des douze derniers mois, 422 800 logements ont été autorisés à la construction, soit 5 300 de plus qu’un an plutôt (+1,3 %).

Dans le même temps, environ 390 600 logements ont été mis en chantier, soit
34 300 de plus (+9,6 %) qu’à la même période de 2020. Toutefois, ces progressions s’expliquent en partie par le fait que la période antérieure de comparaison inclut le premier confinement, où les autorisations ont fortement reculé et de nombreux chantiers n’ont pas pu démarrer du fait des contraintes sanitaires.

En ce qui concerne les locaux non résidentiels, de mars à mai 2021 les enregistrements d’autorisations à la construction s’élèvent à 8,9 millions de m², soit une augmentation de 63,1 % par rapport aux mêmes trois mois de l’année 2020. Cependant, ces trois derniers mois (de mars à mai 2020) avaient été très affectés par le premier confinement et ne constituent donc pas une référence pertinente. Il serait donc préférable de les mettre en perspective par rapport à ceux de 2019, en net retrait (- 12,9 %).

Toujours de mars à mai 2021, 6,2 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrés, là aussi en forte hausse (+68,3 %) par rapport à la même période de l’année 2020. Toutefois, ces surfaces commencées sont inférieures de 7,5 % à celles enregistrées lors des mêmes trois mois de l’année 2019. De juin 2020 à mai 2021, 36,1 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction, en légère baisse (-0,7 %) par rapport aux douze mois précédents.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

mai
18
2021

Construction de Logements : Résultats à fin Mars 2021

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015Malgré une très légère reprise des autorisations de permis de construire, et un rebond prononcé des mises en chantier, les chiffres de la construction se situent toujours très en dessous de la période précédant le premier confinement, selon les chiffres délivrés fin avril 2021 par le ministère de la Transition écologique.
Au premier trimestre 2021, les logements autorisés ont légèrement progressé (+1,0%) par rapport au dernier trimestre 2020. Sur l’ensemble des trois derniers mois, le nombre de logements autorisés est inférieur de 3,1% à la moyenne des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020).
Au cours de ce premier trimestre, les logements commencés sont estimés en hausse de 3,2% par rapport aux trois mois précédents. Durant les trois derniers mois, les mises en chantier sont estimées à un niveau supérieur (+1,9%) à la moyenne des douze mois précédant le premier confinement.
Sur les douze derniers mois, 384 300 logements ont été autorisés à la construction, soit 71 200 de moins qu’au cours des douze mois précédents (-15,6%). Dans le même temps, on estime que 366 000 logements ont été mis en chantier, soit 13 900 de moins (-3,7%) que pendant les douze mois précédents.
Construction de locaux à fin Mars 2021
Au premier trimestre 2021, les enregistrements d’autorisations à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 8,1 millions de m² et sont en légère baisse (-2,2%) par rapport au premier trimestre de l’année 2020. Cette évolution en glissement annuel représente une nette amélioration en comparaison de celle observée de décembre 2020 à février 2021 (-21,5%) par rapport à la période de décembre 2019 à février 2020.
Toujours au premier trimestre 2021, 5,7 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrés, en recul (-7,1%) par rapport à la même période un an plus tôt. Toutefois, cette évolution serait positive (+1,1%) si on excluait de l’analyse les chantiers de plus de 15 000 m² inclus du fait de leur enregistrement tardif, mais qui avaient en réalité démarré avant la période prise en compte.
D’avril 2020 à mars 2021, 33,8 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction, en forte baisse (-15,0%) par rapport aux douze mois précédents. Durant cette même période, avec 23,4 millions de m², les enregistrements de mises en chantier ont également nettement reculé (-14,4% par rapport aux douze mois précédents).

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire

avr
16
2021

Construction de logements neufs au 4ème trimestre 2020

Auteur: DLR

mini_20150612132241_CONSTRUCTION_2015De novembre 2020 à janvier 2021, les logements autorisés ont progressé de 9,6 % par rapport au trimestre précédent. Après une évolution régulière de juillet à novembre, les autorisations se sont repliées en décembre 2020 et stabilisées en janvier 2021.
Sur l’ensemble des trois derniers mois, le nombre de logements autorisés est resté inférieur de 10,6 % à la moyenne des trois mois précédant le premier confinement (décembre 2019 à février 2020), et de 4,2 % à la moyenne des douze mois précédents. Au cours des trois derniers mois, les logements commencés, révisés à la baisse depuis 2018 , sont estimés en repli de 11,2 % par rapport aux trois mois précédents, en données CVSCJO.
Sur l’ensemble de ces trois mois, les mises en chantier sont estimées à un niveau inférieur de 12,1 % à la moyenne des trois mois précédant le premier confinement, et de 8,9 % à la moyenne des douze mois précédents.
Au cours des douze derniers mois, 377 600 logements ont été autorisés à la construction, soit 73 500 de moins qu’au cours des douze mois précédents (-16,3 %). Dans le même temps, on estime que 344 900 logements ont été mis en chantier, soit 44 000 de moins (-11,3 %) que pendant les douze mois précédents.
Locaux non résidentiels : Que ce soit sur le front des autorisations ou des mises en chantier de locaux non résidentiels, leur recul accuse des baisses révélatrices du marché actuel. Ainsi, de novembre 2020 à janvier 2021, les autorisations s’élèvent à 8,5 millions de mètres carrés, soit une baisse de -15,6 % par rapport aux mêmes trois mois un an plus tôt. Cette évolution décroissante en glissement annuel est assez proche de celle observée au dernier trimestre 2020 (-14,5 %).
Sur cette même période, 5,9 millions de m² de mises en chantier de locaux ont été enregistrés, en net recul (-21,4 %) par rapport à la même période un an plus tôt.
Sur un an (février 2020 à janvier 2021), 33,5 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction là aussi en baisse de – 19,1 % par rapport aux douze mois précédents. Au cours de cette même période, avec 23,1 millions de m², les enregistrements de mises en chantier ont également nettement reculé (-18,4 % par rapport aux douze mois précédents).
Commercialisation de logements neufs : Au cours de l’année 2020, 99 500 logements neufs ont été réservés en France métropolitaine, soit 31 500 de moins qu’en 2019 (-24,1 %). Dans le même temps, avec 82 300 mises en vente, l’offre s’est repliée un peu plus fortement (-27,5 %, – 31 150 logements). Cette contraction d’environ un quart du marché des logements neufs est principalement due à la crise sanitaire. En particulier, le premier confinement a eu un impact très fort sur les mises en vente et les réservations du deuxième trimestre 2020, et ce déficit n’a pas été rattrapé au cours des trimestres suivants.
Au quatrième trimestre 2020, c’est la demande qui recule davantage que l’offre, par rapport au quatrième trimestre 2019 (respectivement -24,5 % et -18,8 %). Les évolutions sont très proches dans le collectif et dans l’individuel.

Posté dans: Non classé | 0 Commentaire